Nightmare logo

NIGHTMARE

Que dire de NIGHTMARE ? 30 ans déjà !
Et oui, le groupe grenoblois a en effet été fondé en 1979 même s’il n’a réellement débuté qu’en 1983 en première partie de DEF LEPPARD. Les changements de line up et de maisons de disques, les divergences musicales probablement, rien ne les a empêchés de continuer et de côtoyer tout au long de leur route des groupes prestigieux : SAXON, BLIND GUARDIAN, QUEENSRYCHE, YNGWIE MALMSTEEN, IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, … et d’écumer tous les festivals européens.

2009 marque une nouvelle étape dans la carrière déjà bien remplie de NIGTHMARE avec trois évènements : le groupe célèbre cette année son 30ème anniversaire, JC Jess arrive à la guitare en remplacement d’Alex Hilbert et surtout la signature avec le label allemand AFM Records, qui a permis à NIGTHMARE, au printemps 2009 d’entrer en studio pour enregistrer leur septième album dont la sortie est prévue le 11 septembre prochain dans le monde entier.

Les Grenoblois étaient présents au Black Dog à Paris, ce 4 septembre 2009 pour la présentation d’Insurrection. FHMC n’allait bien évidemment pas rater cette occasion de les rencontrer.

Entretien avec Yves Campion, bassiste, et Franck Milleliri, guitariste, de NIGHTMARE

Bonjour les gars,
Alors, 30 ans pour le groupe…

YVES : Pour le nom !

FHMC : OK, pour le nom. NIGHTMARE est un des plus anciens groupes de la scène heavy metal française et les fans de metal des années 80 ne vous ont pas oubliés. Mais on s’aperçoit sur les forums qu’il y a plein de petits jeunes qui redécouvrent tout ça, alors pourriez-vous faire une petite présentation de NIGHTMARE pour eux ?

YVES : Le line up de NIGHTMARE aujourd’hui comprend deux anciens des années 80, Jo Amore au chant et moi (Yves Campion) à la basse, guitares Franck Milleliri et JC Jess, les plus jeunes, et David Amore, la génération intermédiaire, à la batterie.

FRANCK : Le petit frère de Jo, le chanteur

YVES : Ça c’est le line up actuel. Nous avons changé de guitariste il y a 6 mois, 8 mois plutôt. C’est le line up qui défend l’album actuel Insurrection.

FHMC : Alors Yves, toi qui est un membre « historique »…

FRANCK : préhistorique (rires)

FHMC : Deux évènements majeurs dans votre carrière me semble-t-il : en 1983, vos véritables débuts en première partie de DEF LEPPARD lors de la tournée Pyromania à Grenoble devant quelques milliers de spectateurs…

YVES : Oui quelques milliers, à l’époque il y avait du monde en concert.

FHMC : …et en 1999 il y a eu la reformation du groupe avec un concert au Summum toujours dans votre ville natale. Quels souvenirs gardes-tu de ces deux concert ?

Nightmare, Franck Milleliri et Yves Campion
Franck Milleliri et Yves Campion
Photo : French Heavy Metal Connection

YVES : Ça fait un moment, ce sont des moments marquants, mais je ne me rappelle plus trop de DEF LEPPARD. Il y a eu beaucoup de choses qui se sont passées depuis. Ça a été le vrai détonateur qui a fait exploser ce groupe, qui n’avait jamais fait de concert, qui jouait dans une cave. Notre pseudo manager, si on peut l’appeler un manager, était un pote qui bossait dans un magasin de musique, qui se disait notre manager, qui s’occupait de nous, qui venait en répét et qui arrive un jour en disant « Vous jouez dans 3 semaines en première partie de DEF LEPPARD« . Tu n’as jamais fait de concert de ta vie, c’était un vrai détonateur. Ça a été le truc qui a fait que.
Après la reformation ça a été un autre départ. Il y a aussi eu beaucoup de choses qui se sont passées entre temps, il fallait qu’on reparte… Le concert déjà c’était un challenge parce que c’était dans une très grande salle.

FHMC : 700-800 personnes ?

YVES : Oui, 900. C’est une salle qui fait des concerts de variété. Le producteur qui avait fait cette date-là s’était dit quitte à perdre de l’argent autant faire les choses en grand, et voilà. C’était quelque chose de bien, on ne s’y attendait pas. On pouvait avoir 300 personnes dans une salle de 1500, on aurait eu du mal. Donc là, ça c’est bien passé, et de là tout est reparti. C’est un super souvenir aussi. Et on a repris le goût à ce moment-là de jouer, du live. Donc oui, ce sont des bons souvenirs.

FHMC : Et justement, comment avez-vous vécu ces 11-12 années de séparation ?

YVES : Chacun a fait des choses différentes. A l’époque Jo était chanteur dans TEMPLE, moi j’étais parti au Canada pendant 3-4 ans, chacun a vaqué à ses occupations, nous n’étions plus trop connectés. La reformation s’est faite grâce à notre manager de l’époque, Christophe, qui est un fan des années 80, du heavy metal français, qui  est un spécialiste pour essayer de faire se reformer les groupes. Il avait initié le projet, remis les musiciens en contact entre eux. C’est lui qui a vraiment été l’instigateur de la reformation . Après, ça s’est fait naturellement car on avait toujours gardé de bons contacts, on ne s’était pas séparés en mauvais termes. Le groupe à l’époque était parti avec un line up qui était complètement différent de l’esprit qu’on avait, ça avait amené au split. On s’est retrouvé avec le bon line up pour bien reparti, le line up des albums.

FHMC : Parlons un peu de ce nouvel album intitulé Insurrection qui sortira dans quelques jours. Tu peux nous le présenter un peu ? S’agit-il d’un album concept ?

FRANCK :
Non, pas du tout. Chaque titre traite d’un thème différent. On a enregistré cet album dans trois studios différents. Les guitares ont été enregistrées en Allemagne à Stuttgart avec Achim Köhler, qui fait PRIMAL FEAR, EDGUY et ce genre de groupes. Le chant a été fait à Montpellier chez Patrick Léotard qui est un pote de Jo, le chanteur, et basse-batterie ont été enregistrées chez JC Jess, notre nouveau guitariste, qui a aussi un studio et un groupe, son propre projet. On a ensuite reconnecté tout ça pour avoir le résultat qu’on attendait et finalement ça s’est bien passé.

FHMC : Tu parles d’Achim Köhler, il a l’air d’être très intéressé par les groupes français. Il a fait les mixages sur l’album de BLACK HORIZON…

FRANCK : Je ne sais pas si c’est lui qui est très intéressé par les groupes français, c’est plutôt l’inverse je pense. Nous on cherchait ce son allemand, vraiment le mur de guitares, donc je pense que c’est plutôt les groupes français qui sont intéressés par Achim, surtout dans ce style de musique. Achim Köhler est quand même une bonne référence donc on n’a pas hésité à aller enregistrer avec lui.

 

FHMC : J’ai vu le teaser du nouvel album sur YouTube et je dois dire que le mystère entretenu donne vraiment envie d’en savoir plus sur son contenu. Pourquoi avoir intégré 2 titres bonus uniquement pour l’édition japonaise ?

YVES : C’est le label qui est instigateur de ça. Un des bonus est la suite, la Part II d’un titre qui est sur l’album, « marketinguement » parlant ça fait intéresser les gens, celui qui veut la partie 2 est obligé de se choper une édition limitée. Ca ne sera pas forcément que sur l’édition japonaise, on n’a pas d’info aujourd’hui sur ce qu’ils veulent en faire mais je pense qu’ils ont cogité à faire quelque chose, peut-être une édition spéciale pour les gens qui sont intéressés par l’album avec les deux titres en plus.

FHMC : L’autre bonus est une reprise de CRIMSON GLORY, Where Dragons Rule, en hommage à John Patrick Jr. McDonald alias Midnight, le chanteur du groupe, décédé début juillet à l’âge de 47 ans. Pourquoi cet hommage ?

YVES : Déjà à la base je suis un fan. Transcendance est un de mes albums de chevet. Ce qu’il faut savoir c’est qu’on a pris la décision de faire une reprise de CRIMSON GLORY avant le décès de Midnight. Ça a juste rajouté le truc qui fait que, mais on n’a pas décidé parce que. Faire des reprises de groupes très connus c’est commun, tout le monde le fait, il y a des groupes qui ont vraiment marqué, qui ont créé des albums intemporels. On est de cette époque et on a toujours voulu, sur les bonus, faire des choses de ce style. On avait fait d’ailleurs sur Silent Room une reprise de VICIOUS RUMORS,  Ship of Fools, on a toujours recherché dans les reprises quelque chose de particulier, pointu.

FRANCK : On ne va pas tomber sur une reprise de Maiden (rires)

YVES : Ça n’apporte rien, tout le monde le fait, et CRIMSON GLORY fait partie des groupes mystiques (avec les masques). On a toujours été attiré par ce genre de groupes, et ça a été un avis commun.

FHMC : Il s’agit de votre premier album avec le label allemand AFM Records. Etes-vous satisfaits de cette nouvelle association, de la promo réalisée ?

FRANCK : On commence avec eux, c’est le début. Au niveau de la promo on a vu pas mal de choses, ils sont assez réactifs, notamment au Wacken.

YVES : Ils ont fait une conférence au Wacken où ils ont présenté le groupe, il y avait tout le monde, il y avait toute la presse, on a eu de bons retours en Allemagne, on a fait pas mal d’interviews à l’étranger. Ils ont vraiment l’air derrière leurs groupes, ils ne les lâchent pas dans la nature. Pour l’instant on est content de ce qu’il se passe.

FHMC : Et la prochaine tournée ?

FRANCK et YVES : On y travaille.

YVES : On est en train aujourd’hui. Il y a des éléments financiers, marketing, à voir avec les agents. On a bien avancé. Normalement on devrait – je dis « on devrait » parce qu’avec les agents, surtout les Allemands, il y a toujours des trucs qui coincent à certains moments – on devrait faire une tournée européenne normalement en janvier avec BRAINSTORM et NIGHTRAGE.

FHMC : Je voudrais parler un peu de JC Jess (Jean-Christophe Lefèvre), qui a remplacé Alex Hilbert parti rejoindre LONEWOLF…

FRANCK et YVES : à la basse

FHMC : L’intégration de JC dans le groupe s’est-elle faite facilement ?

FRANCK : C’était très facile, il a dû faire ses preuves tout de suite. Alex ne pouvait pas assurer le Hellfest et le Metalcamp de l’été dernier, donc il nous fallait un guitariste tout de suite. On l’a rencontré plus ou moins par hasard, il était assez motivé, il nous a prouvé qu’il pouvait apprendre le set en quelques mois, maîtriser les solos et les rythmiques. On est parti en festival, on a fait ces deux dates, et depuis tout baigne. C’est un excellent guitariste, très facile à vivre, il n’y a vraiment aucun souci avec lui.

FHMC : A-t-il participé à l’écriture des morceaux d’Insurrection ?

FRANCK : En fait, il est à la place que j’occupais avant. Quand je suis entré dans NIGHTMARE, c’est Alex qui composait. Il faisait environ 80% de l’album et moi j’avais 2-3 morceaux. Pour Genetic Disorder on a fait environ 50-50, et pour le dernier, lorsque JC est arrivé, j’avais bien avancé le truc. Et finalement il s’est bien mis dans le moule et a proposé d’excellentes idées. On a fait un mix de tout ça et au final on est satisfait.

FHMC : Votre concert du Paris Metal France Festival de janvier 2009 a été enregistré dans l’optique de sortir un DVD. Qu’en est-il de ce projet ?

YVES : En fait, on a un producteur qui nous a proposé mieux. On a enregistré ce concert mais l’affluence était moyenne. Le concert, l’organisation étaient super mais techniquement on n’a pas pu aller là où on voulait aller. On s’est dit qu’on ne voulait pas se précipiter. Donc on va enregistrer réellement le DVD chez nous le 31 octobre dans un concert où on maîtrisera la totalité. Ce n’est pas évident d’enregistrer un DVD dans un festival, il y a d’autres groupes qui jouent, tu ne vas pas arriver en disant « Poussez-vous, on fait ci et ça, toi tu as 5 minutes de balances…« . Donc on s’est dit que pour faire un vrai DVD, il fallait être dans des conditions qu’on puisse imposer, sans se prendre pour des cadors mais il faut des conditions techniques qui font qu’on puisse enregistrer un DVD. Sur un festival c’est difficile, à part si tu enregistres au Wacken où il y a 4 caméras sur rails. Là on va enregistrer chez nous pour les 30 ans. On a un producteur qui s’est investi dans le truc et on a reporté ça au 31 octobre.

FHMC : Alors justement, vous fêterez les 30 ans d’existence du « nom » de NIGHTMARE le 31 octobre prochain lors d’un concert spécial à Fontaine. Qu’attendez-vous de cet évènement ?

YVES : C’est un concert un peu particulier. On a joué le week end dernier au Portugal sur un gros festival, c’était un concert un peu commun qui marquait un peu le retour pour un nouvel album. Là ça va être un concert différent, enregistré, avec des choses qu’on ne va pas dévoiler maintenant sinon les gens ne viendront pas. Ce sera plus axé sur un concert tête d’affiche avec enregistrement de DVD.

FRANCK : Par rapport à la set list du concert, c’est vrai qu’on va vraiment axer sur le nouvel album. On pris cette décision il y a peu de temps parce qu’on faisait pas mal de vieux morceaux. Faire tout le temps les vieux morceaux sur un set et proposer 3-4 morceaux du nouvel album, pour moi ce n’était pas suffisant et je pense qu’on a tous été d’accord sur ce point. Maintenant on veut vraiment axer sur la nouveauté. Il y aura quelques surprises, je pense que ce sera vraiment la soirée où tous les amis, tout l’entourage de NIGHTMARE sera présent. Ça va être la fête.

FHMC : Du coup vous êtes un peu à l’opposé de ce qu’il se passe en ce moment dans le sens où lorsqu’on a 30 ans de carrière, on reprend les 2-3 albums qui ont marqué les débuts, on les ressort et on fait un concert là-dessus.

YVES : Tout à fait, mais comme je le disais tout à l’heure, les 30 ans, ce sont les 30 ans du NOM du groupe. Aujourd’hui on a un line up plus jeune, il n’y a que Jo et moi de l’époque. Par contre, on a une surprise qui est en rapport avec les 30 ans. On ne va pas faire un concert pour les 30 ans où on va jouer les 10 morceaux du nouvel album et 4 morceaux anciens. On a un truc particulier qui est prévu mais on veut garder l’identité qu’on a de 2009.

FRANCK : En plus, personnellement, je ne trouve pas que les débuts de NIGHTMARE soient fantastiques par rapport à mes influences, ce n’est pas la musique que j’écoute. Je sais que c’est très fort pour le groupe mais pour moi ça ne représente pas grand-chose, ça ne m’apporte rien de faire des morceaux qui ont 25 ans. Je préfère jouer les morceaux qui ont 2 ans, qui viennent de sortir.

FHMC : Tu préfères peut-être jouer les morceaux auxquels tu as vraiment contribué ?

FRANCK : Non pas forcément. The Dominion Gate, c’est Alex qui a composé la plupart de l’album et j’ai beaucoup de plaisir à jouer ces morceaux. Ce n’est pas le fait de qui a fait quoi, c’est vraiment lié à l’époque.

FHMC : Pour en revenir au concert, faire venir les anciens membres du groupe, c’est envisageable, ça pourrait vous polluer ou vous voulez vraiment vous démarquer ?

FRANCK : Ah non non, ce sont toujours des amis. Après c’est vrai que pour un DVD, on n’en a pas encore vraiment parlé. Avoir des invités, je sais pas.

YVES : On a quelque chose de fort qui est prévu.

FRANCK : Faudra être là.

YVES : On ne va pas tout dévoiler sinon les gens vont rester chez eux.

FRANCK : Tu dis qu’il y a Dickinson qui vient … (rires)

YVES : L’effet de surprise est important. L’important est qu’on puisse réaliser techniquement ce que nous voulons vraiment faire pour présenter un bon produit parce qu’on n’est peut-être pas non plus au début de notre carrière, on a tout un historique derrière. Il n’y aura pas que le concert sur le DVD, il y aura tout ce qu’on a fait, les tournées, etc… depuis la nuit des temps. Que le concert représente vraiment tout ce qu’on a été capable de faire depuis 1983 jusqu’à maintenant. C’est plus une évolution jusqu’à aujourd’hui. On a des cassettes de concert de 1984, c’est culte, on avait 17 ans, ce ne sont pas les mêmes fringues, la même corpulence (rires) mais ce n’est pas ce qu’on veut donner comme image du groupe actuel

FHMC : Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

FRANCK :
Déplacez-vous au concert, c’est vraiment là que ça se passe. Le concert c’est la fête !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *