DEBACKLINER : Debackliner (2016 – Pitch Black Records)

L’histoire entre la France et le heavy metal n’a jamais été facile. Il y a eu certes une époque, les années 80, durant laquelle les groupes leaders faisaient des tournées de 20 dates en France (IRON MAIDEN, SCORPIONS, ACCEPT), les groupes français se comptaient par dizaines et arrivaient à partir en tournée dans l’hexagone. Mais comme dirait l’autre, ça c’était avant.
A l’inverse d’autres pays comme l’Allemagne, l’Angleterre ou les pays scandinaves, la France n’est plus la terre de prédilection du heavy metal, et ce depuis longtemps. Alors oui, un IRON MAIDEN, un SCORPIONS ou METALLICA attirent encore les foules le temps de quelques dates, mais on est loin des concerts à foison des 80s ou encore de ce qu’il se passe chez nos voisins germains. De plus, on parle là de groupes ayant une carrière de plus 35/40 ans derrière eux. Certains disent que la relève tarde à arriver, qu’il n’y a pas de jeunes groupes de heavy dignes de ce nom et préfèrent porter toute leur attention sur les groupes faisant le buzz avec des shows hollywoodiens cachant souvent leur pauvreté musicale. Car en 2016, c’est ce qui marche auprès de la jeune génération : la démesure, la surenchère visuelle, les shows en énormes festivals ou immenses salles plutôt que dans des lieux à taille humaine. On en vient presque à mettre la musique au 2nd plan.
A ces gens là, j’ai envie de dire .. ou plutôt de hurler « enlever vos œillères », regarder à côté de chez vous et surtout écouter plutôt que d’affirmer que ce qu’il y a ailleurs (à l’étranger) est toujours meilleur ! Car la France regorge de jeunes groupes talentueux de heavy metal comme HEAVYLUTION, EXISTANCE, STONECAST, SILVER MACHINE ou encore DEBACKLINER.

Et il s’agit de ces derniers dont je vais vous parler maintenant. Le groupe s’apprête à sortir leur 1er album le 21 octobre sur le label Pitch Black Records, et quel album !
Mais auparavant, quelques mots sur l’histoire du groupe : DEBACKLINER est né des cendres du groupe marseillais THE OMEGA formé en 2006. Le groupe proposait à leurs débuts un heavy metal fortement ancré dans les 80s et influencé par IRON MAIDEN. Le groupe donna quelques concerts, participa à des tremplins mais dut subir le départ des certains de leurs musiciens. Ayant du mal à se stabiliser, le groupe engagea un nouveau chanteur, Jtrom (officiant déjà dans le groupe de death metal  ERADIKAL INSANE). Ce choix eut un impact direct sur le style musical du groupe qui lâcha son heavy metal pour un metalcore avec un chant hurlé. La formule ne dura pas longtemps, le groupe ayant perdu son identité et se sépara … pour repartir sur des nouvelles bases et revenir à style orienté heavy/power metal. Pour se faire, les musiciens se mirent en quête d’un chanteur heavy pouvant leur apporter le petit quelque chose qui leur manquait pour passer un palier et pouvoir enregistrer sereinement leur 1er album.

C’est sous l’impulsion de leur producteur Tom Tiberi que le groupe fit auditionner Bob Saliba, plus connu jusque là comme guitariste soliste de STONECAST. Bien leur en prit, car ils venaient de dégoter la perle rare, le chanteur possédant une voix puissante et magnifique collant à merveille aux compositions du groupe.

Mais venons en à ce 1er disque qui nous intéresse et autant le dire tout de suite, le groupe a fait très fort : les 5 musiciens ont travaillé d’arrache-pied  avec leur producteur chaque titre dans les moindres détails afin qu’ils aient l’impact maximum sur les auditeurs. Le 1er titre Pandora est à cet égard une merveille de heavy puissant, mélodique et un brin épique qui résume parfaitement la musique du groupe. Certainement le titre le plus accrocheur de l’album avec un sacré refrain mis en valeur par la voix rauque et splendide de Bob, rappelant un certain Jorn Lande, et également les nombreux soli mélodiques faisant mouche et les harmonies de guitares dans la seconde partie du morceau qui bien entendu nous rappelleront Maiden. On notera également la batterie bien mise en avant (surtout la double grosse caisse) donnant du mordant et un côté moderne à la musique du groupe.

Sans rentrer dans le détail de chaque titre, le groupe a appliqué cette formule magique sur la quasi totalité de leurs morceaux, certains plus courts et allant à l’essentiel comme les brûlots  Werewolf, Mr Jack, un autre ayant une légère influence orientale dans le chant de Bob (Erase The Hordes), ou possédant une bien belle intro faisant la part belle aux guitares et la basse avant de partir sur un rythme d’enfer comme sur le magnifique  Children Of The Night . L’une des pièces centrales de l’album est certainement l’épique The Omega  avec son refrain fédérateur et son break instrumental avec une splendide orchestration.

Le seul petit bémol est l’utilisation du chant hurlé/growl (du guitariste Rémi) sur 2 titres que je ne trouve pas à sa place dans la direction musicale choisie par le groupe, comme sur Rise Of Angel, morceau le plus faible du disque, ou sur Circle (moins flagrant sur ce titre) qui font perdre une partie de l’identité du groupe.

Mais cela n’est vraiment pas grand-chose tant la qualité générale de l’album est excellente

La grande force du groupe sur cet album est donc d’avoir réussi à marier un côté heavy (grâce aux guitares de Rémi et d’Eric, à la basse galopante à la Steve Harris de Thomas, et une batterie vraiment énergique) et une approche toujours très mélodique et accrocheuse au travers de la magnifique voix de Bob Saliba, le tout mis en valeur par l’extraordinaire travail du 6ème homme du groupe, Tom Tiberi qui a su donner au groupe un son à fois heavy et moderne.

Le pari est donc gagné pour les marseillais, qui ont réussi avec ce 1er album à proposer tout ce qu’on peut attendre d’un heavy/power de qualité avec une touche de modernité bien venue.

Un album que je vous conseille fortement !

Morceau préféré : « Pandora »
Morceaux qui déchirent : « Werewolf », « The Omega », « Erase The Hordes »
Morceau bof : « Rise Of Angel »

Note : 8.5/10

  1. Pandora
  2. Rise Of Angel
  3. Children Of The Night
  4. Werewolf
  5. Erase The Hordes
  6. Mr.Jack
  7. The Omega
  8. Jolly Roger
  9. Circle

Titre à écouter :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *