ABSOLVA : Defiance (2017 – RockSector Records)

Il y a des groupes qui ont ça dans le sang, cette passion pour la musique qu’ils aiment et jouent depuis qu’ils sont gamins. ABSOLVA fait partie de ces groupes-là, et leur passion pour le heavy metal transpire dans leur musique, album après album et bien entendu en live où leur musique prend toute sa signification. Depuis 2007 et le 1er album de FURY-UK (ancien nom d’ ABSOLVA, avant le départ de Luke Appleton pour ICED EARTH en 2012), jusqu’à ce nouvel album d’ABSOLVA, le groupe n’a eu de cesse d’enchaîner leurs albums studios et ceux de BLAZE BAYLEY et tournées. 10 ans non-stop avec des centaines de concerts en se déplaçant en van aux 4 coins de l’Europe jusqu’en dans les pays de l’Est et augmentant le nombre de leurs fans petit à petit, par leur travail et la qualité de leur musique, sans l’appui des gros médias ni d’un gros label. Tout cela force le respect dans une époque où les groupes ressemblent de plus en plus à des produits de consommation jetables rapidement pilotés par des gros labels…

2 ans après un Never A Good Day To Die des plus convaincants, les anglais de Manchester reviennent avec un Defiance enregistré en début d’année. Dès le 1er titre  Life On The Edge,  on reconnait immédiatement la patte du groupe et leur son heavy et moderne à la fois, et bien entendu la voix si caractéristique de Chris Appleton. Le tempo est enlevé, les guitares forment un mur rythmique imposant parsemé ici et là de mélodies de guitare, un chant de Chris agressif et mélodique à la fois, un solo enchaîné avec harmonies à 2 guitares, l’une des forces du groupe, surtout depuis le retour de Luke Appleton à la 2nde guitare depuis l’album précédent. Un excellent brûlot tel que le groupe sait en faire.

Suit Defiance donnant le nom à l’album, un mid-tempo heavy avec la guitare suivant le chant durant les couplets et … sacrée surprise sur l’excellent refrain avec l’inclusion de la devise de la France : « Liberté, égalité, fraternité », symbolisant parfaitement la signification des paroles de cette chanson, où lorsque le peuple français défiait l’ordre en place réclamant plus de liberté, d’égalité et de fraternité avait subi une répression sanglante. Ce titre brille de mille feux notamment grâce à un riff très accrocheur, des parties de batterie sans retenue et bien balancées par Martin McNee et un pont musical encore bien trouvé.
La piste suivante,  Rise Again est certainement le hit de l’album (et son 1er single déjà disponible) avec un riff, des mélodies à la guitare et au chant imparables et qui s’ancrent dans votre cerveau pour ne plus en ressortir. Et puis que dire du solo de Chris Appleton qui décidément est l’un des guitaristes les plus passionnants de ces dernières années.

Sans continuer à faire un track by track de l’album, il ressort qu’au travers de ces 12 titres, ABSOLVA a clairement souhaité enregistrer un album plus direct que ses prédécesseurs, un album à riffs je dirais, avec des titres assez courts dans l’ensemble (3 des 12 titres font à peine 3 minutes), où les titres épiques de 6 / 7 minutes sont absents, à l’inverse des 3 disques précédents. Sur Defiance, le groupe va à l’essentiel et semble avoir composé des chansons taillées pour être jouées en live et afin qu’elles aient un impact maximum en concert.
Ainsi, pas de doute que les brûlots inspirés tels Never Be The Same,  Life And Death,  Alarms  ou  Fistul Of Hate  (avec une excellente intro à la basse par Karl Schramm, avec une ligne rappelant un peu celle de Stranger In A Strange Land d’un certain groupe de l’ East End ..) feront leur effet en public avec des séances de headbanging assurées !

Au milieu de ce déferlement de riffs heavy et catchy se distinguent cependant 2 splendides pièces un peu à part. Tout d’abord un titre entièrement acoustique,  Connections. C’est bien simple, ce titre est d’une beauté à pleurer, parlant du décès de proches, qui bien que n’étant plus là, restent toujours présents dans nos cœurs, nos souvenirs tout le reste de notre vie, et de temps en temps au fil des années, certaines petites choses, détails nous rappellent ces êtres chers disparus, ravivant ces petites connexions avec eux. Les guitares acoustiques sont magnifiques, et le chant de Chris Appleton émouvant à souhait.

Le 2nd titre à part est un peu spécial car s’agissant d’un morceau écrit par Luke Appleton et Wizz « Wizzard » Beauprez et interprété par les 2 musiciens de temps en temps en live en version acoustique : Reflection.  Suite au décès de Wizz il y a quelques mois, le groupe a voulu rendre hommage à cet artiste parti trop tôt, en retravaillant cette  chanson dans une version électrique, chantée par Luke et par Chris. Un titre magnifique et également émouvant. Un bien bel hommage.

L’album contient un 2nd cd « bonus » qui ravira les fans du groupe et comprenant le single Harsh Reality sorti l’année dernière ainsi que 4 titres live (dont un solo de batterie) enregistrés en 2016 au festival Husqvarna en Suède, et 3 versions acoustiques de titres du groupe interprétées et enregistrées par Luke et Chris Appleton.

ABSOLVA a donc frappé fort encore une fois, avec un 4ème album toujours inspiré, très direct et accrocheur, bourré de riffs catchy à souhait. Le groupe a une identité musicale forte arrivant avec brio à marier le heavy metal old school avec des sonorités et une production actuelle montrant un groupe fier de ses influences mais montrant une volonté d’apporter leur propre touche. Un disque que je conseille fortement à tous ceux ne connaissant pas le groupe et qui constitue une parfaite porte d’entrée dans la magnifique discographie des anglais.

(Le groupe sera en France en concert à la rentrée, le 16 septembre à Nancy et le 23 septembre à Marseille).

Note : 9/10

Tracklist CD 1 :

  1. Life on the Edge
  2. Defiance
  3. Rise Again
  4. Fistful of Hate
  5. Never Be The Same
  6. Alarms
  7. Connections
  8. Midnight Screams
  9. Life and Death
  10. Eclipse
  11. Who Dares Wins
  12. Reflection

Tracklist CD 2 :

  1. Harsh Reality
  2. Hundred Years (live at Huskvarna festival, 01/10/2016)
  3. Live For the Fight (live at Huskvarna festival, 01/10/2016)
  4. Drum Solo (live at Huskvarna festival, 01/10/2016)
  5. Code Red (live at Huskvarna festival, 01/10/2016)
  6. Never a Good Day to Die (acoustic in studio)
  7. It Is What It Is (acoustic in studio)
  8. Never Back Down (acoustic in studio)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *